Oona et Salinger

05:30:00


Je n'y peux rien, des fois j'ai une attitude de midinette ! 
A la rentrée littéraire, je ne suis pas de celles qui attendent le dernier Amélie Nothomb, mais le dernier Alexandre Jardin ou Frederic Beigbeder.
Voilà, c'est eux, les deux seuls écrivains français vivants que je lis.

Cette année quel ne fut donc pas mon bonheur en voyant le nouveau livre de Beigbeder et encore plus en découvrant que le livre parle de Salinger.

Oona et Salinger parle de la rencontre et de la brève aventure de ces 2 personnes. Mais avant d'être un roman d'amour (et je dirais même que ce n'est pas un roman qui parle d'amour) c'est un roman qui explore la construction de l'être et du statut d'écrivain de Salinger, et en creux la construction de l'être et du statut d'écrivain de Beigbeder.
Il parle aussi d'Oona, de son choix de Chaplin, de sa vie, mais sincèrement je n'ai pas réussi à m'attacher à cette pauvre petite fille riche malgré toute l'admiration et le désir que laisse transparaître Beigbeder dans son roman.

Le style en lui-même c'est vraiment du Beigbeder. Si vous n'aimez pas, passez votre chemin ! si vous aimez vous serez comblé ! 

J'avais vu plusieurs apparitions télé de l'écrivain où il se défendait de parler de lui dans ce roman. De tous les romans, je trouve que c'est peut-être dans celui ci qu'il se dévoile le plus. Tout y passe, le jeunisme, la quête de devenir un "bon" écrivain, l'amour, l'acceptation de soi, la tentation de lutter contre son époque.

J'ai beaucoup aimé ce livre car au travers de ces 2 personnages qui ont vécu à une époque qui nous semble aujourd'hui être un autre monde on retrouve l'interrogation universelle et bien souvent insoluble : "Qu'est ce qui fait que je suis moi ? " et l'influence des événements, mais également de notre volonté pour changer.


Vous aimerez aussi :

0 commentaires